Orientation

1. Le nord

En orientation, il existe 3 nords : le nord mangétique, le nord géographique et le nord Lambert.

1. Le nord magnétique

C'est un endroit situé près du pôle nord (2200km), à la surface de la terre, dans les îles de la Reine Elizabeth au nord du canada. C'est vers cet endroit que pointe l'aiguille aimantée de la boussole. Sa position varie légèrement d'année en année.

2. Le nord géographique

C'est ce que nous appelons communément le pôle nord. C'est l'endroit ou tous les méridiens se croisent.

3. Le nord du quadrillage

C'est la direction donnée, sur la carte, par les droites verticales bleues (légèrement obliques) formants le quardillage kilométrique Lambert de la zone Lambert II étendue (projection spéciale recouvrant toute la France) où se trouve la carte. Le bord de la carte et les droites verticales noires représentent le nord Lambert II, de la zone où se trouve la carte. Il existe quatre zone Lambert : zone I, II, III et IV. Le nord Lambert est aussi appellé nord de la carte.
Carte
Les deux lignes bleues sur la carte repésentent le quadrillage Lambert II étendu (projection pour la France) et les bords de la carte le quadrillage Lambert II.
Nord magnetique
L'aiguille de la boussole pointe vers le nord magnétique, le haut de la carte nous indique le nord cartographique (nord Lambert) et les méridiens nous indique le nord géographique. C'est trois directions doivent être différentiées car elles permettent chacune de mesurer un angle différent avec une même direction donnée.L'angle qui sépare ces trois points s'appelle la déclinaison.
L'angle formé entre un direction donnée et :
  • le nord géographique est appelé azimut géographique
  • le nord magnétique est appelé azimut magnétique
  • le nord Lambert (ou nord de la carte) est appelé gisement
La déclinaison magnétique est un angle formé par la direction du nord magnétique et la direction du nord géographique. Elle varie d'une région à l'autre et d'une année à l'autre, sa variration étant irrégulière. Pour nous elle est d'environ 6° à l'est du nord géographique. Sur certaines cartes on trouve des indications qui permettent de calculer très précisément la déclinaison. Pour des calculs précis d'azimuts précis, il faut donc ajouter la déclinaison à l'azimut géographique à l'azimut magnétique (voir section 3.c).

2. La carte

La carte est la reproduction fidèle, à l'horizontal, d'une région géographique. Elle contient toutes les informations nécessaires à son utilisateur et permet de s'orienter, avec ou sans boussole, même sur un terrain dépourvu de chemins. Une carte est reproduite à une certaine échelle de réduction, indiquée en marge. Cette échelle permet de déterminer la distance d'un itinéraire à parcourir. Pour calculer ce dernier, il faut tenir compte de deux paramètres : l'échelle et le relief.

a) L'échelle

Le 1/xxxxx représente le rapport de réduction entre la carte et la réalité. Ainsi 1/25 000 veut dire que la carte est 25 000 fois plus petite que la réalité. Donc, 1 cm sur la carte représente 25000 cm en réalité soit 1 cm sur la carte représente 250 mètres en réalité.
Chaque échelle représente une utilisation particulière, ainsi on n'utilisera pas la même échelle pour une randonnée et pour un trajet en voiture. En France c'est l'IGN qui élabore toutes les cartes, à l'aide de photos satellites et aériennes. C'est un organisme très réputé et qui procure des cartes de grandes qualité.
Voici en gros les types d'échelles que l'on peut rencontrer :

Echelle de la carte Distance sur la carte Distance réelle Utilisation
1/1 000 1 cm 10 m L'échelle la plus grande, c'est celle disponible auprès des cadastres. Seul sont représentés les limites de parcelles, bâtisses, routes, partie communes.
1/10 000 1 cm 100 m Ces cartes sont d'une précision extrême, elles sont utilisées pour les courses d'orientation, certaines sont même au 1/5000 (1cm=50m).
1/25 000 1 cm 250 m Elle est particulièrement dédié à la randonnée pédestre. Elle regorge d'informations précieuses.
1/50 000 1 cm 500 m Peut être utilisée pour la randonnée pédestre si on suit les chemins balisés, elle est aussi tout à fait adaptée au VTT.
1/100 000 1 cm 1 km Peut être utilisé pour le VTT, est bien adapté pour le cyclotourisme, les parcours en voiture touristique. Elle peut aussi être utile en randonnée pédestre pour avoir une vue d'ensemble d'une région.
1/200 000 1 cm 2 km Peut être utilisées pour le cyclotourisme de plusieurs jours, en voiture pour le tourisme.
1/250 000 1 cm 2.5 km Peut être utilisées pour le cyclotourisme de plusieurs jours, en voiture pour le tourisme. Elle existe aussi en livre pour faire des déplacements d'une région à l'autre.
1/1 000 000 1 cm 10 km La France est représentée sur une seul carte. Utilisation exclusive pour la voiture sur le réseaux routier principale.

b) Le relief

Le deuxième facteur à prendre en compte est le relief. L'utilisateur doit connaître la configuration du terrain et prendre en compte la forme des collines et montagnes, celles des dépressions et des vallées. Les différentes inclinaisons du terrain sont rendues sur la carte par une représentation du terrain, souvent réalisée en couleur. De plus les pentes sont représentés par des courbes de niveau. Les deux figues suivantes montrent que les  courbes passent par tous les points du terrain situés à la même altitude. les deux shémas représentent " a plat" le relief réel.
topographie     topographie

topographie
L'équidistance est la différence de niveau entre deux courbes, soit la distance verticale. Sur la carte l'équidistance est toujours la même. En générale sur les cartes au 1/25000 elle est de 10 m. Pour faciliter la lisibilité de la carte, une courbe sur 5 ou 10 est tracée avec un trait plus fort, avec en générale, l'altitude correspondante. La disposition des courbes nous permet donc de nous représenter l'inclinaison du terrain. Il est ainsi facile de reconnaître des formes générales typiques, comme une vallée, arête, crète, ravin... Plus les lignes sont sérrées, plus la pente est abrupte. Les courbes de niveau nous permettent donc de calculer la pente du terrain est sa distance réelle. Pour obtenir la distance horizontale réelle, on mesure, sur la carte, la distance entre deux courbes et on la multiplie par le dénominateur de l'échelle (1/25000 : 25000 = dénominateur). Le pourcentage de la pente est exprimé par le rapport entre la distance verticale et horizontale multiplié par 100.

Exemple 1 : On utilise une carte au 1/25000 avec un équidistance de 10 m. la distance séparant deux courbes à cet endroit est 3 mm (0.3 cm).
- Distance verticale : 10 m (équidistance*1 = 10*1 = 10)
- Distance horizontale : 0.3 (cm) * 25000 (cm) = 7500 (cm) = 75 m
- Pourcentage de la pente : 13.33 % ((10/75)*100 = 13.33333)

Exemple 2 : On utilise une carte au 1/25000 avec un équidistance de 10 m. La distance entre la 1ère courbe et la 2ème est 3 mm et la distance entre la 2ème courbe et la 3ème est 4 mm.
- Distance verticale : 20 m (équidistance*2 = 10*2 = 20)
- Distance horizontale : 0.3 (cm) * 25000 (cm) + 0.4 (cm) * 25000 (cm) = 17500 (cm) = 175 m
- Pourcentage de la pente : 11.43 % ((20/175)*100 = 11.4285714)

La végétation, les cours d'eau, les localité, les fermes isolées, les voies de communication sont dessinés de manières suggestives par des symboles les représentans, cependant certains nécessitent de regarder la légende.

topographie topographie
1024*761 (264 Ko) 2048*1522 (497 Ko)

3. La boussole

a) Historique

L'invention de la boussole remonte à plus de 1000 ans avant Jésus-Christ alors que les Chinois en découvrirent le principe. Puis, le principe a évolué. Les archives démontrent que la boussole à aiguille aimantée fut utilisée par les navigateurs chinois vers 1100, par les marchands arabes, vers 1220 et les Viking vers 1250. Elle est passé d'une graduation de 32 secteurs à une graduation de 360°. Les militaires utilisent des boussoles plus précises d'une graduation de 6400 mils.

b) Type de boussole

Une boussole dite "ordinaire" (fig. 1) permet de savoir à tout instant où se trouvent les points cardinaux et d'orienter sa carte. Par contre pour viser un point du terrain ou procéder à des mesures d'angles, il faut (de préférence) une boussole équipée de dispositifs adéquats, appelée boussole de marche (fig. 2).
boussole boussole
figure 1 figure 2
Il existe plusieurs types de boussole de marche, mais elles sont toutes construites selon le même principe, et comprennent les organes suivants : un dispositif de visée sur le boitier : le viseur
  • Une boîte à cadran, orientable par rotation contenant l'aiguille aimantée
  • L'index, permettant de lire l'azimut (angle directionnel)
  • L'arête d'orientation parallèle au viseur
  • Un miroir permettant d'observer la position de l'aiguille aimantée pendant la visée
Afin que l'aiguille puisse s'orienter librement , il est nécessaire de poser la boussole bien à plat.

La boussole sert à indiquer le nord, enfin presque, car le nord magnétique (celui de la boussole) est un peu décalé par rapport au vrai nord géographique. Il est cependant néglieable en France sur de petites distances. L'aiguille aimantée de la boussole donne une direction, toujours la même, à condition d'éviter la proximité d'objet en acier, fer ou les lignes à haute tension. Cette direction dite nord Magnétique ne coïncide pas avec la direction du nord géographique qui nous intéresse. L'angle entre ces deux direction s'appelle "déclinaison". Cet angle est variable suivant les années et le pays. Il est négligeable en Alsace, mais en revanche il faut en tenir compte en Laponie, Suède.... Des indication sont données sur toutes les cartes pour permettre d'en tenir compte. La boussole est graduée, en générale en degrés (360 degrés), mais aussi parfois en grades (400 grades) voir en 6400 traits (pour-mille d'artillerie).

c) La déclinaison magnétique

globe Il existe une notion difficile à assimiler pour les scouts et les guides qui se servent d'une boussole, c'est celle de la déclinaison magnétique. Le Nord qui est indiqué sur les cartes est le nord géographique. Il s'agit du pôle nord et ne correspond pas au nord magnétique indiqué par l'aiguille aimantée d'une boussole.
Les lignes de forces magnétiques qui suivent la surface de la terre ne sont pas des grands cercles parfaits, mais elles suivent plutôt un itinéraire capricieux en convergeant vers les pôles à cause de sa forme, de la nature de son sous-sol et pour de multiples autres raisons. On leur donne le nom de méridien magnétiques. Il y a donc un écart entre les lignes des méridiens magnétiques et les lignes des méridiens géographiques. Cet écart porte le nom de déclinaison magnétique. Le long d'une certaine ligne imaginaire qui traverse les grands lacs et la Floride, la déclinaison est de zéro degré. C'est-à-dire qu'à cet endroit les lignes des méridiens magnétiques et des méridiens géographiques se superposent. Mais partout ailleurs ces lignes se distancient et il faut tenir compte de la déclinaison avant de suivre un itinéraire nécessitant l'utilisation d'une boussole et d'une carte.

d) Calcul de la déclinaison

La position du nord magnétique variant d'une année à l'autre nous devons en tenir compte lors du calcul de la déclinaison. Voici les 6 étapes du calcul :
  • Se référer aux indication pour la déclinaison magnétique écrite sur la carte.
  • Relever la déclinaison indiquée selon l'année (1993 - 18°16').
  • Trouver la différence entre l'année en cours et celui où la déclinaison a été relevée. (2000-1993 = 7).
  • Se référer à la données du changement annuel (décroissante 0,4')
  • Multiplier le nombre d'années par le changement annuel (7*0,4 = 2,8')
  • Prendre la déclinaison de 1993 et soustraire le résultat obtenu en 5 : 18°16'-5,2' = 18°11.
La déclinaison est donc de 18°11. Pour tout résultat obtenu on arrondira au degré, on inscrira donc 18°.

Déclinaison croissante : on ajoute. Déclinaison décroissante : on soustrait.

4. La rose des vents

Il n'y a sans doute pas un scout au monde (ou guide) qui ne connaisse la Rose des Vents. La rose des vents, est un cercle imaginaire figurant la terre et comportant 360 degrés. Chacun de ces degrés correspond à une direction. Avant d'étudier la boussole et ses nombreuses applications, il importe de bien connaître la Rose des Vents. Elle comporte en premier les quatre points cardinaux principaux: le Nord, l'Est, le Sud et l'Ouest. En plus de chacun de ces points cardinaux, il en en existe plusieurs autres. En réalité, il en existe 360..., mais on se tire d'affaire avec beaucoup moins. On peut parler de subdivisions de la Rose des Vents. Ceux que nous utiliserons régulièrement sont au nombre de 16. En voici leurs appellations et les degrés auxquels ils correspondent :

Nord = 0° ou 360°Sud = 180°
Nord - Nord-Est = 22,5°Sud - Sud-Ouest = 202,5°
Nord - Est = 45°Sud - Ouest = 225°
Est - Nord-Est = 67,5°Ouest - Sud-Ouest = 247,5°
Est = 90°Ouest = 270°
Est - Sud-Est = 112,5°Ouest - Nord-Ouest = 292,5°
Sud - Est = 135°Nord - Ouest = 315°
Sud - Sud-Est = 157,5°Nord - Nord-Ouest = 337,5°

5. Orientation de la carte

Avant d'utiliser une carte, il faut l'orienter, c'est-à-dire faire correspondre sa position aux réalités du terrain. Il y a deux manières, l'une sans boussole, l'autre avec boussole. Sans boussole, le principe est de comparer l'image donnée par la carte et le paysage réel. La deuxième utilise une boussole :
Faire coïncider la marque nord du cadran (N) avec l'index de la boussole. Poser la boussole sur la carte (tenue bien horizontalement) et aligner l'arête d'orientation de la boussole avec les lignes de coordonées verticales imprimées en noir et perpendiculaire à la marge. Les traits bleus légèrement obliques correspondent au quadrillage lambert II. Si les lignes de coordonnées ne sont pas imprimées, les tracer au crayon, ou aligner la boussole sur le bord de la carte. Dans tous les cas, l'arête antérieure dirigée vers le sud de la carte et  la flèche directionnelle vers le nord de la carte (figure 3). Dans cette position, le nord du cadran correspond à celui de la carte. Ensuite faire tourner la carte (en prenant bien soin que la boussole ne bouge pas sur la carte) jusqu'a ce que la pointe nord de l'aiguille se trouve sur la marque de déclinaison (figure 4). la carte est alors exactement orientée,  on voit dans la même position le paysage dessiné sur la carte.

topographie topographie
figure 3 (81.3 Ko) figure 4 (84.5 Ko)

6. Orientation à la boussole

Pour trouver les points cardinaux à l'aide d'une boussole, il existe une manière simple :
Tout d'abord, si nécessaire, tourner la boîte de la boussole, jusqu'a ce que l'index corresponde exactement avec la marque nord du cadran (symbole "N"). Pour un réglage précis, il faut tenir la boussole horizontalement et bien regarder verticalement. Pour pouvoir observer le paysage devant soi, il faut tenir la boussole à hauteur de la poitrine de manière à pouvoir observer presque simultanément les mouvements de l'aiguille et le paysage, sans pratiquement bouger la tête, seulement en levant les yeux. Une fois dans cette position, tourner lentement (on remarque que l'aiguille indique toujours la même direction) sur soi-même, et pivoter jusqu'a ce que la point nord de l'aiguille atteigne la marque de déclinaison. Levez les yeux, vous pouvez alors déterminer dans le paysage, la direction du nord (suivre l'axe directionnel de la boussole). Les autres points (cardinaux ou non) s'obtiennent de la même manière, après avoir tourné la boîte de la boussole et fait coïncider l'index avec le point désiré (exprimé en degrés).

Pour repére de manière exacte, dans le paysage, le nord voici la manière (boussole de marche) :
Garder la position décrite ci-dessus, sortez le miroir, il doit normalement est incliné de 45°, portez-la (toujours bien hotizontalement) à hauteur des yeux, à environs 25 cm devant l'oeil droit. Si le miroir est correctement sorti, l'aiguille et le cadran apparaisse verticaux dans le miroir (si nécessaire corriger quelque peu la disatnce entre l'oeil et le miroir). Vérifiez que la pointe nord de l'aiguille coïncide toujours avec la marque nord du cadran (sinon corriger en tournant sur soi-même) et repérez par le viseur l'endroit précis où se trouve le nord. Si le paysage est très haut, on peut prendre un point nord moins haut et le reporter sur l'horizon à l'aide d'un fil à plomb que peu constitué le fil auquel est suspendu la boussole. Pour ne pas fosser les résultats, il est important d'être loin assez loin d'objets métalliques ( environ 5 m) et loin des lignes à haute tension.

7. Prendre un azimut

a) Calculer un azimut sur la carte

Tirer un trait au crayon du point de départ au point d'arrivée : c'est la ligne de marche ou azimut. Tirer un deuxième trait au crayon indiquant la direction nord-sud et passant par le poin de départ. Centrer la boussole sur le point de départ, arête d'orientation aligné sur la ligne de marche, (arête antérieure du côté du point de départ, flèche directionnelle orientée vers le but). Maintenir d'une main la boussole et de l'autre, faire tourner le cadran de la boussole de façon à faire coïncider le nord du cadran (pas l'aiguille aimantée) avec le nord de la carte.

b) Suivre un azimut

Pour trouver la direction d'un azimut, par exemple 120°, il faut afficher 120° à l'index de la boussole, puis la faire tourner de manière à faire coïncider le côté rouge de l'aiguille aimantée avec le nord de la boussole (sur un boussole ordinaire faire coïncider les flèches rouges, sur une boussole de marche, placer le côté coloré de l'aiguille aimantée entre les marques de déclinaison). A ce moment l'axe de la boussole (flèche directionnelle) indique la direction (120°).
Retour Retour
Tous droits reservés © 2018 Troupe 1ère Strasbourg

Site valide CSS   Site optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox   Site valide (X)THML Transitional 1.0